Focus sur la valorisation !

Interview croisée d’Aubin de Perthuis, juriste et de Jérémy Fidelak, business developer

Odoo • Image et Texte

Ce mois-ci, nous vous proposons un focus sur la cellule valorisation de SynHERA. Pour vous, Aubin de Perthuis, juriste et de Jérémy Fidelak, business developer se sont prêtés au jeu de l'interview croisée. Ensemble, ils nous expliquent les différents enjeux de la valorisation.

Bonjour Aubin et Jérémy, pourriez-vous nous expliquer comment est composée la cellule de valorisation au sein de SynHERA ? 

Aubin : Nous sommes deux dans cette cellule : Jérémy Fidelak est présent en tant que business developer et moi, je m’occupe des différents aspects juridiques. Pour ma part, je suis juriste de formation, ancien avocat, et j’ai travaillé comme mandataire en marques et dans l’accompagnement des PME wallonnes en matière d’innovation technologique et de propriété intellectuelle.

Jérémy :  De mon côté, j’ai un passé scientifique puisque j’ai défendu ma thèse en 2006 pour ensuite travailler deux ans dans une grande société pharmaceutique, puis durant plus de dix ans dans le domaine du transfert technologique dans un institut de recherche. 

Aubin : Même si officiellement, nous sommes deux dans cette cellule, il est important de souligner que la valorisation est au cœur de nos métiers à tous. Toute l’équipe de SynHERA est impliquée dans ce processus. 

Justement, pourriez-vous nous éclaircir sur la valorisation. En quoi consiste-t-elle concrètement ? 

J. La valorisation, c’est le fait de donner un impact aux résultats de recherche des Hautes Écoles et des Centres de Recherche associés. Attention, il y a différents types d’impacts : sociétaux, académiques, impacts sur la formation… Par exemple, un projet de recherche peut permettre de créer de nouveaux contenus de cours. Contrairement à ce que certains pourraient croire, il n’y a donc pas que l’impact économique, qui permet à nos membres de générer de l’argent, qui doit être pris en compte. Tous les projets de recherche, quel que soit leur domaine, ont un impact !

A. C’est vrai que toutes les Hautes Écoles et Centres de Recherche associés ont un impact en faisant de la recherche. Il ne faut pas cantonner la valorisation à la création d’une spin off, à un dépôt de brevet… c’est une version limitée de notre métier !

Quel est le rôle de SynHERA dans ce processus ?

J. Nous sommes présents en amont des projets, au moment préparation, de la rédaction… Il est primordial de prendre en compte ses différentes formes de valorisation quand on construit le projet. Durant celui-ci, s’il y a des résultats, nous serons présents pour les protéger avec un brevet, un certificat, gérer les droits de propriété intellectuelle. Nous interviendrons également à la fin de la recherche, notamment si nous pouvons aider à réaliser un transfert technologique ou de connaissances plus généralement. 

Et pourquoi faire appel à SynHERA dans ce cadre ?

A. Le premier bénéfice en travaillant avec SynHERA, c’est que nous pouvons véritablement apporter un regard extérieur sur le projet avec une approche neutre et objective. On va pouvoir mettre en perspective la recherche et analyser avec le chercheur les résultats attendus. Et pour rebondir sur ce que mon collègue vient de dire, il est vrai que plus nous sommes en amont du projet, plus nous pouvons percevoir les enjeux, aider les partenaires à définir les résultats potentiels, et les accompagner dans la valorisation de ceux-ci. Nous allons pouvoir l’encourager sur certains aspects et le freiner sur d’autres, le tout sans qu’il y ait de conflit d’intérêts.


Partagez sur les réseaux sociaux