Un nouvel outil pour apaiser la souffrance éthique des soignants

Odoo • Image et Texte

Le Centre RESSORT-HERS vient de finaliser un nouvel outil. Son objectif ? Aider à apaiser la souffrance éthique des soignants. Un sentiment qui peut émerger lorsque ceux-ci doivent réaliser des actes les obligeant à transgresser voire à renier leurs propres valeurs. César Meuris, Docteur en Histoire et Philosophie des Sciences et Coordinateur de recherche au Centre RESSORT-HERS, a accepté de nous en dire plus sur ce document. 

Imaginez : vous êtes soignant et travaillez dans une maison de repos. Suite à la pandémie de covid-19, les médecins ne viennent temporairement plus dans votre institution. Pourtant, certains patients ont besoin de vos soins. Ces soins, vous êtes capable de les prodiguer, mais pour certains d'entre eux, vous devez obligatoirement posséder une prescription médicale… Que décider ? Faire ce qui vous semble bon pour la santé du patient, mais transgresser la loi ? Ou suivre la réglementation en laissant cette personne sans soins appropriés ? 

Dans ce cas-ci, vous ne pourrez pas respecter simultanément toutes les valeurs qui importent à vos yeux, car respecter l’une c'est nécessairement sacrifier l’autre.  Cette situation peut être une source de souffrances. Et ce sentiment s’appelle « la souffrance éthique ». « Durant cette crise de covid-19, certains soignants recevaient des injonctions parfois contradictoires. Entre les recommandations gouvernementales pas toujours cohérentes, les spécificités liées à la culture de chaque établissement, la déontologie médicale, leur sensibilité individuelle, leurs valeurs…  Cela les mettait bien souvent dans des positions intenables », nous explique César Meuris. 

Partant de cette réalité, le Centre RESSORT-HERS a décidé de proposer un nouvel outil dont l’objectif est d’apaiser cette souffrance éthique. Grâce à ce dernier, les soignants peuvent mettre un mot sur ce sentiment, comprendre que le malaise qu’ils ont pu ressentir est normal et légitime au regard des situations dans lesquelles ils ont été engagés. Une démarche importante pour leur permettre d’aller de l’avant.  

Soutenu par la Fondation Roi Baudouin, ce document vient d’être finalisé. A présent, place à la deuxième étape : la diffusion. « 10 maisons de repos ont déjà manifesté leur intérêt. On va, chaque fois, leur proposer un accompagnement afin que les soignants puissent véritablement s’approprier l’outil et en faire bon usage », conclut César Meuris. 

Téléchargez ce nouvel outil en qualité optimale ICI









Partagez sur les réseaux sociaux